- Faux arguments pour le justifier - Vraies raisons pour s’y opposer

samedi 2 février 2013

Au Barp, à 25 km de Bordeaux, la France relance la course à la guerre atomique avec le Laser Mégajoule

- Faux arguments pour le justifier

- Vraies raisons pour s’y opposer

JPEG - 72.4 ko

Propagande officielle pour le Mégajoule

1) Laser Mégajoule : faux arguments pour le justifier

Injustifiable moralement, la finalité du Laser Mégajoule – simuler les essais nucléaires pour la mise au point de bombes atomiques – est soigneusement masquée par les autorités françaises derrière de faux arguments qu’il convient de dénoncer :

- La recherche fondamentale

JPEG - 8.9 ko

Sur le site du Barp (où le Mégajoule doit prendre place), une première installation a déjà été construite et fonctionne depuis 2002 : la Ligne d’intégration laser (LIL). Cet équipement est actuellement le laser le plus puissant au monde. Par ailleurs, un autre laser va être construit à partir de 2006 : le Pétawatt. Ce dernier, couplé à la LIL, va permettre aux chercheurs de mener des recherches civiles du plus haut niveau.
Pour une recherche civile de haut niveau en Aquitaine, il n’y a donc nul besoin de construire en plus le Laser Mégajoule dont la seule finalité est la mise au point des bombes atomiques.

- Le développement économique de l’Aquitaine

La LIL et le Laser Pétawatt, outils uniques au monde, suffisent amplement à justifier tous les projets de développement économique (comme la "Route des lasers") qui sont prévus ou annoncés. A nouveau, nul besoin du Laser Mégajoule.

- L’emploi (Lire : le Sans-papiers et le Mégajoule )

Avec les sommes pharaoniques prévues pour construire le Laser Mégajoule, il est possible de créer et pérenniser beaucoup plus d’emplois... avec une véritable utilité sociale : par exemple dans les énergies renouvelables, mais aussi dans l’enseignement, la santé, etc. L’argent public doit servir au progrès social et non à la mise au point de bombes nucléaires.

JPEG - 44.7 ko

Le chantier du Mégajoule : finalement, très peu d’emplois

- La pérennisation des armes nucléaires françaises
Le discours officiel est qu’il s’agit de "maintenir à niveau, pérenniser la force de dissuasion". Mais, outre les puissances nucléaires historiques (USA, Russie, Chine, Grande-Bretagne, France), différents pays, malheureusement de plus en plus nombreux, ont ou sont en passe d’avoir des bombes atomiques. Tous ces pays se "débrouillent" hélas très bien… sans avoir de Laser Mégajoule ! Or, on tente de nous faire croire que la France aurait, elle, absolument besoin d’un tel Laser. Il s’agit d’une mystification.

2) Laser Mégajoule : vraies raisons de s’y opposer

- La mise au point des "mini-nukes"
Avec le Laser Mégajoule, l’armée française va tenter de mettre au point des "mini-nukes", bombes atomiques d’une puissance d’environ 300 tonnes de TNT contre 10 000 tonnes pour les bombes atomiques actuelles. Ces dernières ne doivent théoriquement jamais servir : c’est le principe de dissuasion. Par contre, les "mini-nukes" seront destinées à être réellement utilisées au cours de conflits. Ce serait la fin du "tabou nucléaire" (respecté depuis Hiroshima et Nagasaki) et la porte ouverte à la destruction de la planète.

JPEG - 40.4 ko

Mini-nukes : la porte ouverte à la guerre nucléaire

- La construction du Mégajoule viole le Traité de non-prolifération
La France a ratifié en 1992 le Traité de non prolifération dont l’article IV précise : "Chacune des Parties du Traité s’engage à poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces relatives à la cessation de la course aux armes nucléaires à une date rapprochée et au désarmement nucléaire, et sur un traité de désarmement général et complet sous un contrôle international strict et efficace." La Cour Internationale de Justice a précisé en 1996 : "Il existe une obligation de poursuite en bonne foi et d’amener à une conclusion les négociations aboutissant au désarmement nucléaire dans tous ses aspects sous contrôle international strict et effectif". En construisant le Mégajoule, la France viole le Traité de non-prolifération.

- La construction du Mégajoule relance la course aux armements
En construisant le Laser Mégajoule pour simuler les essais atomiques, la France envoie aux autres pays le message suivant : "Tout le monde doit s’interdire les essais atomiques mais nous, nous allons les continuer par la simulation". C’est bien entendu inacceptable pour les autres pays qui se sentent fondés à continuer la course aux armes nucléaires.

- Fusion nucléaire : Mégajoule et Iter ? La démocratie 2 fois irradiée
La France construit au Barp (Gironde) le Laser Mégajoule et postule pour recevoir à Cadarache (Bouches-du-Rhône) le réacteur ITER. Ces deux installations doivent permettre de mener des recherches sur lafusion nucléaire, respectivement par la voie du "confinement inertiel" et celle du "confinement magnétique". Or, aucune évaluation n’est faite des réelles chances de succès (d’ailleurs infimes) de ces deux options. Aucune expression démocratique n’est possible pour les citoyens qui pourraient, par exemple, exiger de ne financer qu’un seul de ces projets (ou aucun !), et non les deux. La démocratie est bafouée et… irradiée.

Conclusion

Il est encore temps pour les citoyens de remettre en cause les décisions unilatérales prises par le pouvoir sous la pression du lobby militaro-nucléaire. Il est nécessaire d’annuler la construction du Laser Mégajoule et, plus généralement, de remettre en cause les investissements massifs dans le nucléaire militaire et civil. Une journée de protestation citoyenne aura lieu devant le Mégajoule le samedi 6 août 2005, 60ème jour anniversaire du bombardement nucléaire d’Hiroshima.


Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois