1 Informatique, le 21/12/2004 : 60 téraflops pour simuler une explosion nucléaire

mardi 21 décembre 2004

1 Informatique, le 21/12/2004 :

60 téraflops pour simuler une explosion nucléaire
La direction du Commissariat à l’énergie atomique commande à Bull un superordinateur. Il supplantera définitivement les essais dans le Pacifique.

C’est le français Bull qui a été retenu, le 7 décembre dernier, pour fournir au Commissariat à l’énergie atomique (CEA) un nouveau supercalculateur destiné à simuler les effets d’une bombe atomique. Une décision prise « alors que quatre concurrents se trouvaient en short-list » , précise Jean Gonnord, chef du projet Simulation numérique et informatique du CEA.

L’ordinateur est annoncé comme le plus puissant d’Europe, grâce à une capacité de traitement supérieure à 60 téraflops (soixante mille milliards d’opérations par seconde).

Une double innovation

Technologique, d’abord. Depuis 2001, le CEA disposait d’un supercalculateur Compaq (aujourd’hui HP) de 5 téraflops, le plus puissant à cette époque. La machine embarquait la technologie Alpha, développée par Digital avant de tomber dans l’escarcelle de Compaq.

Aujourd’hui, la technologie dualcore d’Intel permet, pour la première fois, de disposer de deux processeurs sur une seule puce. En outre, Bull a conçu un Asic spécifique, capable de relier entre eux jusqu’à 16 processeurs.

L’autre innovation concerne le choix de la politique logicielle. « Auparavant, les logiciels employés étaient propriétaires. Aujourd’hui, nous travaillons en open source. C’est l’introduction du petit pingouin dans tout le système [le chef de projet veut bien sûr parler de Linux, NDLR] », ajoute Jean Gonnord, avec humour.

Confidentialité

Le CEA se retranche derrière une clause de discrétion absolue, signée concurremment par le fournisseur et le client, pour ne pas dévoiler le prix du superordinateur. Mais il précise que son financement est assuré par le programme Simulation, qui garantit la pérennité de la force de dissuasion française après l’arrêt des essais nucléaires grandeur nature.

Ce programme s’achèvera en 2010 avec l’ajout d’une troisième et dernière machine. Les physiciens du CEA prévoient d’atteindre alors une puissance de plusieurs centaines de téraflops, et d’être toujours au « top » de la puissance de feu.

Pierre-Antoine Merlin


> Lesessais nucléaires ne sont plus nécessaire


> Le CEA : sa raison d’être, la bombe son alibi, la recherche


Agenda

<<

2017

 

<<

Juin

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois