Intervention de JM Louvet, président de Négajoule !

lundi 6 août 2012

Discours de Jean-LOUVET président de l’association Négajoule 06 08 2012

Dans le Monde entier le 6 août ont lieu des commémorations d’Hiroshima.
Nous sommes ici pour cette cérémonie officielle en mémoire des victimes du nucléaire militaire. Les premières ont été les habitants d’Hiroshima et de Nagasaki assassinées à l’uranium et au plutonium. Ce mémorial leur est dédié. Nous l’avons installé ici devant le laser Mégajoule car ici vont être inventées de nouvelles armes nucléaires pour de nouvelles guerres lancées en notre nom contre nos frères et nos sœurs.
Je vous propose d’observer une minute de silence.

Les bombes atomiques ne visent que les populations civiles. En cela, elles sont moralement inacceptables ! Je cite la Direction des applications militaires : « Le Centre d’études scientifiques et techniques d’Aquitaine a pour mission première d’assurer l’architecture industrielle des armes de la force de dissuasion ». La propagande argumente sur les retombées technologiques civiles, mais la finalité est bien de perfectionner les armes existantes et d’en créer de nouvelles.
La preuve en est que les autres pays détenteurs du feu nucléaire n’ont pas besoin de dispositif comme Mégajoule ni de la faire exploser pour valider leur Bombe. La dissuasion repose pourtant sur la crédibilité de la force de frappe : « j’ai la bombe atomique et elle est opérationnelle ».

Le budget militaire des 10 premiers pays représentait en 2010 1300 Milliards d’Euros à comparer aux 5 milliards de dollars que coûterait l’éradication totale de la faim dans le Monde. Aucun plan d’austérité pour engraisser les banksters ne parle de réduire les dépenses militaires !

Le Mégajoule développera de nouvelles têtes nucléaires, dont celles qui doivent équiper le missile d’attaque M51 testé au Centre d’Essai des Landes avec la bénédiction de la Région Aquitaine.

Le Mégajoule mettra également au point les nouvelles armes nucléaires dites « banalisées ». Leur dissémination incontrôlée permet leur utilisation par toute personne ou tout Etat ayant les moyens de se les procurer. Elles peuvent comporter de l’uranium appauvri qui est un déchet nucléaire hautement toxique provoquant chez les populations agressées une multiplication des cancers, des leucémies et des malformations congénitales monstrueuses. La conséquence la plus grave et la plus irréversible est la modification du patrimoine génétique. Depuis 1991 s’accomplit silencieusement un crime contre l’humanité commis par des états voyous et terroristes.

Une nouvelle guerre nucléaire a donc commencé : ces armes ont été utilisées en Bosnie, pendant les Guerres du Golfe, en Afghanistan, en Libye, à Gaza et contre les populations civiles en Irak comme dans la ville de Fallujah. Finalement, quelle est la puissance impériale qui possède et utilise les armes de destruction massive en reprochant aux autres de l’avoir ou de la mettre au point ? Des régions de notre planète seront rayées de la carte car transformées en poubelles radioactives pour l’éternité, leur population condamnée à une mort lente et atroce et, finalement, la planète entière sera contaminée.

Selon le droit international, ces armes sont illégales parce qu’elles infligent des souffrances inutiles, qu’elles sont non discriminantes, qu’elles causent des atteintes graves et durables à l’environnement et demeurent meurtrières bien après la fin des conflits. Leur utilisation a été condamnée par les Nations Unies et le Parlement européen a voté un moratoire sur leur utilisation.

Il n’y a pas eu, et il n’y aura jamais d’étude épidémiologique des conséquences du nucléaire civil ou militaire ni après les essais en Polynésie, ni après Tchernobyl et Fukushima car l’Organisation mondiale de la santé a signé un accord lui interdisant de traiter des conséquences des radiations sur la santé publique sans l’aval de l’Agence International de l’Energie Atomique. Ce véritable crime contre l’humanité se poursuit donc avec la complicité de l’Organisation des Nations Unies. Le suivi sanitaire des victimes d’Hiroshima et Nagasaki était classé secret défense car les populations atteintes ont servi de cobayes humains.

En France, les conséquences sanitaires et environnementales de Tchernobyl ont été étudiées et les conclusions diffusées par une organisation de scientifiques indépendantes du pouvoir. Le premier devoir de l’Etat est pourtant d’assurer la sécurité physique des citoyens. Les programmes nucléaires civils et militaires ont depuis toujours été décidés à l’Elysée. Les choix énergétiques et stratégiques, notre santé et notre avenir sont dans le silence du secret défense. Aucun débat démocratique, on nous ordonne d’accepter et de subir.

Michel Rocard a été récemment dissuadé de parler de dissuasion, Jean-Marie Matagne de l’association ACDN a été refoulé aux portes de l’Elysée le 25 juin alors qu’il en était à son 42e jour de grève de la faim pour exiger un référendum sur l’abolition historique des armes nucléaires et le livre blanc de la défense n’évoquera pas la force de frappe. Alors, le changement, c’est pour quand ?

Nous sommes indignés car la France a signé le traité de non prolifération des armes nucléaires et celui concernant l’interdiction complète des essais. Or les recherches nucléaires militaires violent totalement l’esprit et les textes des traités qui ont été signés. En déménageant Mururoa au Barp, l’Etat français persiste à rester hors la loi internationale et à nier les droits de l’Homme.

Voici quelques paragraphes tirés de la déclaration universelle des droits de l’homme :

Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.

Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l’homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l’humanité et que l’avènement d’un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l’homme.

Article premier : Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Article 3 : Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

Le fait de maintenir, de développer et de disséminer les armes nucléaires augmente de manière insoutenable le péril qui menace l’Humanité.

L’Association Négajoule, avec un « N » comme « NON ! » exige l’arrêt immédiat des recherches nucléaires au Barp et la reconversion des moyens financiers, techniques et scientifiques pour les soins aux victimes du nucléaire, les recherches et l’application des techniques de démantèlement des centrales et de l’armement nucléaires et enfin la décontamination des zones irradiées dans le Monde.

Nous proposons au personnel du CEA et du Mégajoule de travailler pour la paix et d’être fiers de ce qu’ils font. L’argent public doit être au service du progrès social qui est facteur de Paix.
Le 8 août 1945, Albert Camus a été le seul à prendre une position hostile à Hiroshima en mettant l’humanité devant le choix définitif entre l’enfer et la raison.
67 ans après, nous sommes encore plus sous la menace de l’apocalypse.

Nous exigeons l’arrêt immédiat du nucléaire civil et militaire en France et dans le Monde !
Nous refusons cette course vers la mort car nous savons que notre planète peut être un paradis !
Hiroshima-Fukushima, mêmes dégâts !

MAUDITE SOIT LA GUERRE !

Jean-Marc Louvet
Pour Négajoule
6 août 2012


Portfolio

JPEG - 89.2 ko

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2017

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois